Le 1er web magazine spectacles | Grand Est transfrontalier
Das 1. webmagazin der darstellenden künste | Grenzüberschreitende Großregion

tanzmainz festival #3

Lieux différents
Voir les représentations passées  

Langages chorégraphiques du monde entier

Le mouvement est une expression, et le corps est un langage. C’est ce que démontre le Festival Tanzmainz #3 cette année, en s’inscrivant dans le contexte des langages chorégraphiques internationaux. Car chaque compagnie exprime des choses propres, crée ses propres liens et incarne ses propres personnages. Le programme prévoit aussi des travaux politiques comme ceux de Via Katlehong ou Alice Ripoll, ainsi que des performances sur les thématiques de l’origine, de l’identité et de l’appartenance, par, entre autres, Gábor Varga & József Trefeli.

 

Dans Autobiography, la Company Wayne McGregor de Grande-Bretagne modèle la matière dont sont faites les histoires de vie. De leur côté, les danseurs et danseuses de B.DANCE réunissent des arts traditionnels asiatiques, des cérémonies bouddhistes de Taïwan et des arts martiaux avec de la danse contemporaine, pour peindre un tableau positif et plein d’humour.
Les français de la Compagnie Hervé Koubi laissent s’exprimer les profanes en mettant pour la toute première fois sur une grande scène des danseurs de rue et de hip-hop. Dans la pièce Ce que le jour doit à la nuit, inspirée du roman éponyme de Yasmina Khadra, Hervé Koubi cherche sa propre identité dans une forme de langage spirituelle, sportive et orientale.
Les travaux de Via Katlehong, venue d’Afrique du Sud, avec Via Kanana, ou de la brésilienne Alice Ripoll avec CRIA montrent la puissance politique de la danse, en démontant les traditions et les stigmates.
D’autres perles sont à découvrir sur la petite scène U17 : dans de petites pièces non moins marquantes, les performers et performeuses nous montrent que la danse n’a aucune limite en termes d’imagination.

 

Photo : Staatstheater Mainz

Sur szenik :

  • HOCUS POCUS Cie. Philippe Saire le 27 mars 2019 à 18 heures, le 28 mars 2019 à 11h
  • EFFECT tanzmainz le 29 mars 2019, le 1er avril 2019, le 2 avril 2019, le 3 avril 2019 à 19h30, Kunsthalle Mainz
  • BATTLEGROUND Louise Lecavalier le 27 mars 2019 à 21h30, le 28 mars 2019 à 19h30

La sélection Szenik :

  • SUITE FÜR ZWEI KLAVIERE / MELHOR ÚNICO DIA* / NGALI

    SUITE FÜR ZWEI KLAVIERE / MELHOR ÚNICO DIA* / NGALI

    São Paulo Dance Company (Brésil), Première allemande, le 6 avril 2019 à 19h30 Sergei Rachmaninov et Vassili Kandinsky ont inspiré le chorégraphe allemand Uwe Scholz pour cette Suite pour deux pianos. Cela signifie que, dans cette pièce, non seulement les différents arts se mélangent, mais forment, comme une évidence, une unité, une grande œuvre totale, un tableau, une chorégraphie. La São Paulo Dance Company est une des compagnies les plus influentes d‘Amérique Latine. Dans Melhor Único Dia, il ne s’agit pas de fondre plusieurs éléments en un tout, mais d’observer les interstices. Photo : Fernanda Kirmayr

  • CREATURE

    CREATURE

    Gábor Varga & József Trefeli (Suisse), le 29 et le 30 mars 2019 à 21h Il n’est pas facile pour tout le monde de connaître ses propres racines ou l’histoire de sa famille, surtout dans ce monde toujours plus marqué par les déracinements et l’exil. Gábor Varga et József Trefeli ont créé une performance surprenante sur les origines. Entre danse folklorique hongroise saupoudrée de dada et grosse dose d’autodérision ils bâtissent, avec plein d’accessoires (bâtons, fouets et masques), un pont entre exotisme archaïque et danse contemporaine. Creature a par ailleurs reçu le Schweizer Tanzpreis 2017 récompensant les meilleurs travaux de la saison, dans la catégorie danse contemporaine. Photo : Gregory Batardon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire à la newsletter bimensuelle


Szenik sur facebook