Le 1er web magazine spectacles | Grand Est transfrontalier
Das 1. webmagazin der darstellenden künste | Grenzüberschreitende Großregion

Max Emanuel Cencic

Voir les représentations passées  

L’âge d’or

La virtuosité de Max Emanuel Cencic n’a d’égal que son charme ravageur. Le contreténor monte sur la scène de l’opéra de Strasbourg pour un récital rendant hommage aux derniers castrats.

Fils d’un chef d’orchestre et d’un chanteur d’opéra, Max Emanuel Cencic était destiné à une carrière musicale dès l’enfance. Formé très tôt par sa mère, il fait sa première apparition dans une émission de télévision à l’âge de 6 ans, avec l’air de la Reine de la Nuit de La Flûte enchantée de Mozart. Son extraordinaire voix de soprano lui donne alors l’opportunité de chanter l’un des trois garçons pour l’enregistrement de ce même opéra. À 10 ans, il intègre les Petits Chanteurs de Vienne, où il chante aussi en soliste. Sa solide formation lui a permis de garder sa voix de soprano à l’âge adulte, et il entame sa carrière solo en 1992.
Aujourd’hui, les contreténors, dont la tessiture correspond à celle d’une alto, voire d’une soprano, interprètent essentiellement le répertoire de musique baroque. À l’opéra, depuis la fin du XVIIe siècle, ils furent remplacés par les castrats, avant que ceux-ci ne disparaissent progressivement à partir du 19e siècle. Le dernier castrat, Alessandro Moreschi, est mort en 1922. Pour son récital, accompagné du pianiste Ronan Khalil, Cencic a construit un programme qui rend hommage à ces castrats chanteurs d’opéra, avec trois extraits de Mozart et deux de Rossini. Porté par une voix aussi rare, un concert forcément exceptionnel. (R.S.)
Photo © Anna Hoffmann


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire à la newsletter bimensuelle

KUMA_Hiwa_k_MannheimKUMA_Hiwa_k_MannheimKUMA_Hiwa_k_Mannheim

Szenik sur facebook