Le 1er web magazine spectacles | Grand Est transfrontalier
Das 1. webmagazin der darstellenden künste | Grenzüberschreitende Großregion

Les Nuits barbares

Hervé Koubi
Voir les représentations passées  
La Coupole (Saint-Louis) | Le 30/11/2016 à 20h30

The Others

Avec des danseurs algériens, le chorégraphe retrouve ses racines méditerranéennes et explore un terreau culturel commun, qui s’étend du Nord de l’Europe à la Mésopotamie. 

Les Nuits barbares prend sa source dans l’histoire de notre bassin méditerranéen. Qui étaient ces Barbares venus du nord, mystérieux Peuples de la Mer dont la Bible, les chroniques, les monuments anciens relatent les forfaits, sans bien dire qui ils étaient, ni d’où ils venaient ? Qui étaient ces autres barbares de l’Est, ces génies des temps obscurs, les Perses, Ioniens, Scythes et Babyloniens, les arabo-musulmans ? De quelle Histoire inconnue, oubliée ou effacée sommes-nous héritiers ?
Peuples coureurs de steppes ou bâtisseurs de tumulus, peuples avec ou sans dieux, pacifiques ou guerriers, vaincus et pourtant féconds… Il est mille manières de « fabriquer de la société ». L’autre, l’étranger fait et a toujours fait peur. Peur fantasmée avec tout ce que cela révèle dans la confrontation, d’ignorance et de frustration même.
Le chorégraphe Hervé Koubi met en scène cette « peur ancestrale de l’étranger pour mieux aller chercher et dévoiler tout ce qu’il y a de savoirs cachés, de richesses, de raffinements derrière ces cultures barbares, et questionner quelques préjugés bien ancrés dans nos esprits habitués à lire le destin de toute l’humanité à travers des œillères occidentales. »
« Je choisis de porter mon regard sur ce qui me paraît le plus beau, les mélanges des cultures, des religions, pour qu’elles puissent m’aider à révéler les fondations d’une géographie commune sur laquelle nous sommes debout trop souvent sans le savoir. »

Photo © Nathalie Sternalski


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire à la newsletter bimensuelle


Szenik sur facebook