Le 1er web magazine spectacles | Grand Est transfrontalier
Das 1. webmagazin der darstellenden künste | Grenzüberschreitende Großregion

Fauve

Voir les représentations passées  

Thérapie de groupe

Dans la lignée des Bérurier Noir, NTM ou Noir Désir, le collectif Fauve exprime de manière viscérale les difficultés de la société toute entière. 

Il faut remonter loin pour retrouver un succès aussi fulgurant pour un groupe français. Et pourtant, en moins de trois ans, Fauve s’est imposé comme la référence absolue auprès du public jeune. Les choses seraient-elles allées trop vite ? « On ne s’y attendait pas du tout, et surtout ça a généré un niveau d’attente qui semblait démesuré par rapport à la maturité du projet », avoue ce collectif parisien qui cache l’identité de ses membres. Nul calcul ni stratégie particulière : l’aveu peut sembler surprenant, mais correspond à la sincérité d’un groupe qui essaie de se situer à la hauteur des attentes de son public. Il le fait avec maturité, tout en cherchant à conforter ce qui crée le lien en son sein : la force d’un vrai projet. « Si nous nous attachons à notre propre ambition artistique, c’est surtout parce que nous ressentons ce besoin-là. Fauve est vital pour chacun d’entre nous. »
Le groupe pratique une langue, celle d’aujourd’hui, crue et parfois même violente, et s’appuie pour cela sur la pratique du spoken word empruntée à la culture hip hop. « Ce qu’on livre dans ces chansons, c’est de l’ordre de la confidence. On le dit comme nous le dirions à un pote, de manière utile. » Avec des mots assénés comme autant d’uppercuts, cette langue prend une dimension cathartique pour un public désormais totalement acquis, qui se reconnaît aussi bien dans l’intégrité du groupe que dans la vitalité de son propos. (E.A.)


Tags :électro - Pop - Punk - rap - rock

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire à la newsletter bimensuelle

KUMA_Hiwa_k_MannheimKUMA_Hiwa_k_MannheimKUMA_Hiwa_k_Mannheim

Szenik sur facebook