Le 1er web magazine spectacles | Grand Est transfrontalier
Das 1. webmagazin der darstellenden künste | Grenzüberschreitende Großregion

Eldorado Terezin

Claire Audhuy
Voir les représentations passées  
Comédie de Colmar (Colmar) | 07/11/2017 - 10/11/2017 | 4 rep.
Voir tout 
Espace 110 (Illzach) | Le 02/12/2017 à 20h00
Espace K (Strasbourg) | 24/01/2018 - 27/01/2018 | 4 rep.
Voir tout 
Le PréO (Oberhausbergen) | Le 23/03/2018 à 20h00

Sinistre Histoire.

Dans sa nouvelle création, Claire Audhuy nous parle d’un jeune poète et de la visite de la Croix Rouge au Ghetto de Theresienstadt. 

 

En juin 1944, une délégation internationale de la Croix Rouge s’était rendue  à Theresienstadt pour se faire une idée du traitement des juifs par les nazis. Ils y ont trouvé un ghetto agréable, fraîchement rénové, avec théâtre, écoles et infirmeries. C’est plutôt satisfaits qu’ils sont rentrés chez eux…

Claire Audhuy montre dans son nouveau spectacle la réalité qui se cachait derrière cette visite. Comment des milliers de prisonniers ont été déportés à Auschwitz parce qu’ils faisaient partie des plus faibles, comment le plus vieux d’entre eux a été contraint de se faire passer pour le Maire (et avec le sourire), alors qu’il allait être exécuté seulement quelques jours plus tard. Les prisonniers ont été transformés en marionnettes, qui faisaient bien attention de répéter ce que les commandants SS leur avaient inculqué ; ensuite, ceux-ci coupaient les ficelles. Un aller simple pour le néant. Vers la mort.

Le jeune Hanus était l’un d’eux. Il se distinguait parmi les prisonniers de par son sens poétique. Il a écrit une pièce de théâtre où personne n’a peur de la mort, où on lui rit plutôt au nez. On a fini par perdre la trace de Hanus dans les registres officiels. Mais on sait qu’il a été déporté à Auschwitz à l’âge de 15 ans. Ses poèmes sont restés dans les mémoires de nombreux prisonniers.

Claire Audhuy a trouvé sa pièce dans les archives. Dans la première partie de sa mise en scène, les spectateurs sont guidés à travers le ghetto, comme la délégation de la Croix Rouge, pour ensuite assister à la représentation du jeune Hanus.

Une telle pièce montre l’importance de ne pas avoir peur de parler de l’Holocauste, de faire face à ce que ce sujet suscite en nous, et de comprendre à quel point il est fondamental d’en discuter avec les jeunes. Car même si ce chapitre de notre Histoire nous paraît inconcevable, il nous faut continuer à le traiter activement. Ce sont de millions de gens qui ont été littéralement effacés de la surface de la Terre. Des esprits pensants, créatifs, innocents, qui vivaient heureux, qui avaient, comme Hanus, le droit à une vie riche en expérience, une vie insouciante.

 

D’après la pièce On a besoin d’un fantôme, de Hanuš Hachenburg

Avec les marionnettistes

Marie Hattermann, Célia Constantinesco et Sylvain Juret

& les marionnettes

Musique et composition : Gabriel Mattei.

Jaime Olivares (Eldorado Terezin) et Léa Haouzi (On a besoin d’un fantôme)

 

Le site de Rodéo d’ame


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire à la newsletter bimensuelle

KUMA_Hiwa_k_MannheimKUMA_Hiwa_k_MannheimKUMA_Hiwa_k_Mannheim

Szenik sur facebook