Le 1er web magazine spectacles | Grand Est transfrontalier
Das 1. webmagazin der darstellenden künste | Grenzüberschreitende Großregion

Die Liebe kann tanzen

Stephan Thoss
Voir les représentations passées  
Theater Basel (Basel) | 23/01/2015 - 01/03/2015 | 8 rep.
Voir tout 

Le côté obscur de l’amour

Dans son ballet abstrait, le chorégraphe Stephan Thoss dépouille le thème de tout romantisme et en révèle les aspects les plus sombres.

 

Il n’y a pas de récit ordonné que l’on pourrait suivre, ni dans la musique un fil conducteur auquel se raccrocher, car celle-ci va de Bach à Thomas Larcher en passant par Ezio Bosso. Seul le thème donne une unité à cette chorégraphie aussi exigeante que remarquable de Stephan Thoss : l’amour. Thoss (dont on avait vu la saison passée Le Secret de Barbe-Bleue au Theater Basel) se concentre sur la part d’ombre de ce sentiment : l’aliénation, la peur de proximité et de distance. Les décors sont épurés et géométriques, les mouvements des danseurs hachés. Rien qui rappelle l’exubérance de l’amour. Pourtant le début de la pièce est prometteuse: les danseurs accordent leurs gestes, se lancent des regards ardents, dansent langoureusement main dans la main. Mais soudain, la musique change : les mélodies de Bach, qui suivaient jusque-là leur cours sans heurts, sont dynamitées par Arvo Pärt et cette rupture dans la musique annonce aussi la rupture amoureuse. Là où le ballet romantique culmine dans un pas de deux passionné, Thoss le laisse se décomposer et s’effondrer. L’amour est-il automatiquement voué à l’échec ? Il semblerait presque que oui. Thoss nous laisse cependant un peu d’espoir : l’amour sait danser, même si ce n’est pas toujours simple. (T.B.)

Photo © Ismael Lorenzo 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire à la newsletter bimensuelle

KUMA_Hiwa_k_MannheimKUMA_Hiwa_k_MannheimKUMA_Hiwa_k_Mannheim

Szenik sur facebook