Le 1er web magazine spectacles | Grand Est transfrontalier
Das 1. webmagazin der darstellenden künste | Grenzüberschreitende Großregion

Crowd

Gisèle Vienne
Voir les représentations passées  
Maillon (Strasbourg) | 08/11/2017 - 10/11/2017 | 3 rep.
Voir tout 
Le Manège (Reims) | Le 15/11/2017 à 19h00
Kaaitheater (Bruxelles) | 26/01/2018 - 27/01/2018 | 2 rep.
Voir tout 
La Filature (Mulhouse) | Le 29/05/2018 à 20h00
Zürcher Theater Spektakel (Zürich) | 25/08/2018 - 26/08/2018 | 2 rep.
Voir tout 
Le Carreau (Forbach) | Le 04/04/2019 à 20h00

Le sens de la fête

Crowd, la dernière création de Gisèle Vienne opère comme un fluide magnétique sur le spectateur médusé par la beauté des ralentis et la performance de ses quinze danseurs.

 

Pas de décor. Juste un plateau nu recouvert de terre et de détritus dans une obscurité modulée. La nuit. Une plage? Un terrain vague? Peu importe. Lentement, très lentement l’espace se peuple. Une jeune fille d’abord avec un anorak jaune et des baskets scintillantes entre en scène au ralenti. Somptueuse. D’autres jeunes gens la suivent sur le même tempo. Bientôt ils sont quinze, en jogging et anoraks à capuche, rassemblés pour une rave party. Chacun de leur geste, chacune de leur action, s’étire dans l’espace et le temps avec une lenteur et une grâce infinie. Pour faire la fête ils forment un groupe, à l’unisson. Puis les mouvements se saccadent, et le groupe se scinde, gros plans sur les individus et la palette de leurs sentiments cool ou pas. Pour sa dernière pièce élaborée dans le cadre de sa résidence à Strasbourg, Gisèle Vienne s’est emparée des « mouvements retouchés », entendre les gestuelles inspirées des slow motions ou gifs animés. C’est une idée géniale mais aussi un défi absolu tant du point de vue de la performance physique de ses danseurs, que de celui de la mise en scène d’une précision d’orfèvre. Et tandis le rythme ralenti des danseurs est comme suspendu dans le temps, celui de la musique électronique du DJ-set de Peter Rehberg pulse à fond. Cette dissonance, entre ce que l’on voit et ce que l’on entend, fait de cette rave une sorte d’exo-planète  dans laquelle le spectateur magnétisé s’immerge au plus près des rituels et de ceux qui s’y adonnent. (C.I.)

 

Conception, chorégraphie et scénographie : Gisèle Vienne

Assistée de : Anja Röttgerkamp, Nuria Guiu Sagarra
Mixage, montage & sélection des musiques : Peter Rehberg
Conception de la diffusion du son : Stephen O’Malley 
Ingénieur son : Adrien Michel
Lumière : Patrick Riou
Dramaturgie : Gisèle Vienne et Dennis Cooper
Interprétation : Philip Berlin, Marine Chesnais, Kerstin Daley-Baradel, Sylvain Decloitre, Sophie Demeyer, Vincent Dupuy, Massimo Fusco, Rémi Hollant, Oskar Landström, Theo Livesey, Louise Perming, Katia Petrowick, Jonathan Schatz, Henrietta Wallberg et Tyra Wigg

Photo : Estelle Hanania


Tags :danse

À lire aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTOURDEMOI-lemeilleurdespectacles-concerts-regiongrandest-szenik-alsace-reims-nancy-metz-strasbourg-colmar-mulhouse-charleville-thionville-lorraine-moselle-champagne-ardenne-bruxelles-bale-freiburg-karlsruhe-stuttgart-baden-baden-luxembourg-saarbruck

KUMA_Hiwa_k_MannheimKUMA_Hiwa_k_MannheimKUMA_Hiwa_k_Mannheim

Szenik sur facebook


SZENIK SUR INSTAGRAM

S'inscrire à la newsletter bimensuelle