Combat de nègre et de chiens

Bernard-Marie Koltès / Thibaut Wenger
Voir les représentations passées  
Taps Scala (Strasbourg) | 26/04/2017 - 29/04/2017 | 4 rep.
Voir tout 
Le Nouveau Relax (Chaumont) | Le 05/04/2018 à 20h00

Guerre de position

Combat de nègre et de chiens a été jouée à de multiples reprises. Le metteur en scène Thibaut Wenger en propose ici sa propre lecture.

 

Un chantier en pleine brousse africaine, quelques maisons entourées de barbelés, un espace surveillé par des gardiens armés. C’est ici que Bernard-Marie Koltès installe la confrontation entre les personnages de Combat de nègre et de chiens. Cette déclinaison d’un huis-clos a été inspirée à l’auteur par son séjour au Nigeria et en Côte d’Ivoire, à la fin des années 70. Il serait hâtif d’y voir une simple parabole sur le colonialisme, sur les rapports de domination. Koltès avertit lui-même que « Combat ne parle pas, en tout cas, de l’Afrique et des Noirs – je ne suis pas un auteur africain –, elle ne raconte ni le néocolonialisme ni la question raciale. Elle parle simplement d’un lieu du monde. » On est sur un chantier à l’arrêt. Le mystère est à décoder derrière les échanges verbaux, dans cet espace d’inquiétude et de solitudes. Les protagonistes se livrent une guerre de position dont le départ est l’exigence d’un homme qui est venu réclamer le corps de son frère, mort la veille sur le chantier, dans des circonstances troubles. Les personnages y défendent leur propre territoire. Et préfèrent détourner les yeux face à l’autre. (F.B.)

 

Photo © Christophe Urbain


Tags :Koltès

À lire aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTOURDEMOI-lemeilleurdespectacles-concerts-regiongrandest-szenik-alsace-reims-nancy-metz-strasbourg-colmar-mulhouse-charleville-thionville-lorraine-moselle-champagne-ardenne-bruxelles-bale-freiburg-karlsruhe-stuttgart-baden-baden-luxembourg-saarbruck

KUMA_Hiwa_k_MannheimKUMA_Hiwa_k_MannheimKUMA_Hiwa_k_Mannheim

Szenik sur facebook


SZENIK SUR INSTAGRAM

S'inscrire à la newsletter bimensuelle