Informations pratiques

Le site du festival :
www.jazzdor.com

Renseignements : +33 (0)3 88 36 30 48

Jazzdor

Du 07 au 21 novembre 2014
Strasbourg & Bas-Rhin

Le jazz en vis-à-vis

Avec le festival Jazzdor, le jazz grandit encore et encore, découche parfois la nuit, bref il s'émancipe...

Avec Jazzdor, le jazz s’affirme toujours un peu plus comme un genre musical vital. Vital parce qu’il reste dominant, y compris dans ses extensions soul, funk, rhythm’n’blues et même rock ou électroniques. Vital parce qu’il explore sans cesse de nouvelles voies. Vital parce qu’il se régénère au contact des musiques de la planète toute entière. Vital parce que chacun va y trouver quelque chose qui l’interpelle intimement. Vital parce qu’il vit sa vie, émancipé de toute contrainte, avec nous ou en vis-à-vis, dans une relation d’échanges nourrie. Le festival Jazzdor nous fait vivre ce jazz-là, sage et noble, jeune et espiègle, traditionnel et moderne ; il nous le restitue dans ce qui constitue son essence même, mais le confronte aussi pour notre plus grand bonheur à d’autres sources, comme c’est le cas cette année avec un spectacle consacré à Bashung. Cet immense artiste, on le sait, avait le jazz en lui – même s’il affichait des inclinaisons plus rock, du fait de ses écoutes des stations allemandes dans les années 60 –, en tout cas, une attitude jazz, c’est-à-dire élégante et subversive. En cela, de l’inscrire dans la filiation des Chet Baker, John Coltrane ou Miles Davis est en plus d’un pari audacieux une idée sublime, émouvante à bien des égards, en cela qu’elle crée de nouveaux liens, de nouveaux sillons, tout en éprouvant nos certitudes les plus ancrées. Le jazz sert à cela aussi, non ? Vital, disions-nous ? (E.A.)

Photo : Laisse venir © Michel Nicolas

 

Mots clés : Anil Eraslan
La sélection szenik
Emilie Lesbros / Darius Jones Quartet

11.11, 17h, Pôle Sud, Strasbourg
À l’égal de l’expérience menée au début des années 70 par Brigitte Fontaine et l’Art Ensemble of Chicago, la virevoltante petite française Émilie Lesbros qu’on avait découvert l’an passé dans un solo saisissante croise les destinées du Darius Jones Quartet pour nous relater une histoire du jazz, ses sources afro et ses développements les plus groovy.
- Le site de Darius Jones
- Le site d’Émilie Lesbros

Anil Eraslan

12.11, 18h, CEAAC, Strasbourg
Que ce soit au sein d’Auditive Connection ou en solo, le violoncelliste Anil Eraslan nous émeut de sa manière de jeter des ponts entre tradition et avant-garde, entre l’Orient et l’Occident, mais aussi entre musique et image, lui qui pratique également la photographie. Son projet au titre très signifiant Absorb résulte d’une résidence à Berlin, et fait interagir champs visuel et auditif.
Le site d’Anil Eraslan

Joëlle Léandre et Vincent Courtois

18.11, 20h30, Pôle Sud, Strasbourg
Attention quand la virtuosité sert les esprits frondeurs, ça frictionne aux entournures ! La rencontre de ces deux-là semble irréelle tant ils excellent chacun avec son instrument, Joëlle Léandre avec sa contrebasse, Vincent Courtois avec son violoncelle. Le mieux finalement, c’est de se laisser emporter par la vague dévastatrice de ces deux talents réunis.
Le site de Joëlle Léandre 
Le site de Vincent Courtois

Laisse venir – Dans les sillons d’Alain Bashung

19.11, 20h30, M.A.C., Bischwiller
L’hommage cuivré d’une formation de jazz à l’immense Alain Bashung, en présence de son parolier à la voix, Jean Fauque. Voilà un plaisir qui ne se boude pas. « Malaxe » qu’il dirait lui-même, en découvrant l’étonnant dispositif qui lui est consacré : 9 musiciens, un récitant, un ingénieur du son et un éclairagiste, créent des tableaux qui restituent la part d’ombre, presque romantique, de ce sublime personnage.
[Vidéo] Le clip de La Nuit je mens

Inscription à la newsletter

Ce mois-ci sur szenik

CLUB Szenik
szenik vous offre des invitations pour les spectacles suivants
Paradis Lapsus
Théâtre | Strasbourg | 11 décembre 2016
Infinita
Théâtre | Karlsruhe | 18 décembre 2016
Robin Hood
Danse | Basel | 26 décembre 2016

Szenik sur facebook