Informations pratiques

Programme complet sur le site de Pôle Sud

Bus aller-retour Strasbourg-Sélestat pour La nuit du chasseur le 22 mai

Extrapôle

Du 21 au 23 mai 2015
Strasbourg & Sélestat

Danse pour tous

Après Extradanse, voici Extrapôle. Le deuxième festival de danse de Pôle Sud investit l’espace public avec des propositions à la fois ouvertes et exigeantes.

Trois jours de spectacles curieux, ouverts, étonnants, déroutants. Dans un équilibre difficile à trouver, Extrapôle (qui dérive comme Extradanse de l’ancien festival Nouvelles Danse) veut s’adresser aussi bien au féru de danse qu’au Strasbourgeois (ou même au touriste) de passage. Il s’est dès lors construit comme un événement convivial et chaleureux mais artistiquement exigeant. Pour Joëlle Smadja, la directrice de Pôle Sud « il ne s’agit pas de faire de l’animation », mais d’ouvrir le public à l’art.

Le week-end démarre ainsi jeudi 21 mai à Pôle Sud, dans le quartier de la Meinau, avec une disco-soupe (le principe : les participants préparent des plats, distribués à prix libre, à partir de légumes ou de fruits rebuts ou invendus). En parallèle, un court extrait de Colibri, solo où le danseur Abdoulaye Konaté entremêle sa propre histoire à la légende de ce petit oiseau énergique qui, dit-on, surmonte tous les obstacles et la pièce Réflex de Frank Micheletti, directeur artistique du collectif Kubilaï Khan Investigations, qui revendique le nomadisme et les culturelles plurielles comme point d’appui de son projet artistique.

Le vendredi 22, direction Sélestat, pour une « Nuit du chasseur » consacrée à la performance. Dans l’espace du Frac (où l’on vernit dans le même temps l’exposition À fendre le cœur le plus dur) et des lieux singuliers de la ville, on croisera notamment François Chaignaud, Emmanuel Eggermont et le Sud-Africain Steven Cohen.

Le samedi 23 dans les rues de Strasbourg, on prévoit une autre performance sans aucun doute radicale de Steven Cohen, Free Jew Is Cheap at Twice The Price, dans un lieu encore inconnu où l’artiste interviendra, comme à son habitude, sans autorisation. À voir également, deux pièces de Dominique Boivin où l’homme danse avec les machines : une pelleteuse dans Transports exceptionnels et sous une grue dans L.U.MEN (15h et 22h sur le parvis de la Médiathèque André Malraux). Autant de gestes qui ambitionnent d’agir sur les spectateurs, volontaires ou impromptus… (S.D.)

Visuel : Transports exceptionnels de Dominique Boivin © Angel Torres Martinez

Mots clés : Frank Micheletti
Pour en savoir plus

Inscription à la newsletter

Ce mois-ci sur szenik

CLUB Szenik
szenik vous offre des invitations pour les spectacles suivants
Paradis Lapsus
Théâtre | Strasbourg | 11 décembre 2016
Infinita
Théâtre | Karlsruhe | 18 décembre 2016
Robin Hood
Danse | Basel | 26 décembre 2016

Szenik sur facebook